0 vues
Business

Achraf Baznani et Leila Alaoui les photographes marocains les plus influents de 2016

Les deux photographes Marrakchis Achraf Baznani et Laila Alaoui

Achraf Baznani et Leila Alaoui les deux photographes marocains d’origines Marrakchis stars les plus influents au Maroc en 2016! Découverte de deux jeunes photographes marocains dont le travail vaut le détour.

Deux photographes marocains de renommée internationale

Leila Alaoui

Grièvement blessée de plusieurs balles, vendredi 15 janvier à Ouagadougou, lors des attaques contre le restaurant Cappuccino, où elle était attablée, et l’hôtel Splendid, la jeune photographe franco-marocaine de 33 ans a succombé à ses blessures. Elle s’était rendue dans la capitale du Burkina Faso dans le cadre d’un projet de documentaire sur les violences faites aux femmes en Afrique de l’Ouest, initié par l’ONG Amnesty International. Issue d’une famille de la bourgeoisie marocaine, Leila Alaoui a grandi dans une demeure du quartier de La Palmeraie dans la banlieue de Marrakech. La photographe parcourait le monde pour réaliser ses rêves. Elle partageait son temps entre Paris, Marrakech et Beyrouth, où elle avait ouvert, il y a un an, avec son compagnon Nabil Canaan, la Station, un centre artistique pluridisciplinaire.

Achraf Baznani

Irrésistible laveur lilliputien d’objectif photo, au cerveau amovible! Acteur et héros de ses propres clichés, Achraf Baznani y apparaît miniaturisé dans un amas de mises en scène surréalistes rythmé ici et là d’un souffle poétique!

Sa série « Inside my Dreams » l’a révélé en 2013, le propulsant illico sous le feu des projecteurs des magazines et galeries d’art de New-York à Budapest! As du trucage d’image sur Lightroom et photoshop, il projète avec malice entre les lignes de ses photos, sauts d’humeur et messages à double sens, souvent social sur fond de « moroccan touch »!

Si son âme d’enfant artiste de Marrakesh encore dans son corps d’adulte, c’est en partie du à son attrait viscéral pour les rêves, dont il s’inspire ! Pour preuve, son compact Ektra 250 qui lui a été offert alors qu’il était tout juste assez grand pour plier une feuille blanche en bateau en papier, il s’en souvient à chaque interview, tel un symbole fort, un flashback marquant le début d’un long voyage en autodidacte, sous une averse d’imagination débordante, qui l’a mené à exposer en Amérique, au Portugal, en Allemagne, en Hungrie..

Voir les œuvres de Achraf Baznani sur son site Web

About the author

PM Magazine

1 Comment

Leave a Comment