Réponses photo

Aberration chromatique

Berration chromatique

L’aberration chromatique. Lorsque vous étiez jeune, vous avez sûrement placé un prisme devant une fenêtre où le soleil brillait; la pièce de verre a décomposé la lumière en ses composantes chromatiques ce qui a créé cet effet d’arc-en-ciel sur le mur. C’est un bel exemple de dispersion de la lumière… et l’origine de l’aberration chromatique! Toute pièce de verre peut produire cet effet qui, en photographie, n’est pas forcément le bienvenu; et vos objectifs sont constitués de trois à 18 pièces de verres.

Laissées à elles-mêmes, ces lentilles rendraient la périphérie des objets de votre image moins bien définie, avec des franges colorées (un début de dispersion à petite échelle, si vous le désirez). Les manufacturiers utilisent des verres spéciaux (appelés « apochromatiques » ou « à faible dispersion ») qui permettent de réduire le problème, mais comme rien n’est parfait dans cet univers, on peut encore percevoir, en bordure de champ, sur le pourtour d’objets très « découpés » placés dans un environnement contrasté (dans le cas d’un contre-jour, par exemple) des franges mauves et/ou vertes, d’un côté comme de l’autre de l’objet.

C’est cela que l’on appelle des aberrations chromatiques.

Certains appareils permettent d’effectuer des corrections à l’interne, avant de sauvegarder le fichier sur la carte de mémoire, mais il est possible de réduire l’aberration chromatique quasi à néant à l’aide de logiciels lors du post-traitement.

About the author

PM Magazine

Leave a Comment

Inline
Inline